Roubaix | LeBlog2Roubaix.Com

Vous y verra-t-on ?

Archives de Catégorie: Culture

#883 Le Café Photo fait son retour à Roubaix

Après deux années de pause, l’Idéal Studio relance le Café Photo, une rencontre conviviale de passionnés de photographie autour d’une exposition. Pour cette 35ème édition, l’équipe de l’Idéal Studio a choisi de réaliser un concours des meilleurs photos faites au studio en 2014.
Nous avons rencontré, Pierre Magne, photographe professionnel de l’Idéal Studio qui nous a présenté l’événement et nous a parlé de l’univers de la photo à Roubaix.

A noter dans vos agendas pour les amateurs de belles images, le prochain Café Photo aura lieu le 6 février prochain. Voir la page facebook du Café Photo.

A voir aussi :
Dernier  Café Photo, « En mode sports » avec Pierre Magne
Les vœux 2015 des miss Roubaix, pendant le shooting à l’Idéal Studio
L’Idéal Studio fête son premier anniversaire

« Après la grande mobilisation que va-t-il rester de « Charlie » ? Notre réponse dans la presse commentée.

La journaliste Elodie Bartolic (Nord Eclair, la Voix du Nord, article original) m’a demandé avant hier ce que nous changerions maintenant depuis le meurtre et les séries de manifestations en soutien à Charlie Hebdo. J’ai répondu : « Rien ». Nous ne changerons rien et continuerons nos petites actions citoyennes et socioculturelles dans le quartier parce que c’est ce qui contribue à faire société, à notre niveau. Ces actions ont plus que jamais leur importance dans cette période incertaine. Parmi les acteurs d’éducation, les associations de quartier contribuent fortement à l’éducation populaire et proposent des moments d’échange ou des actions en commun. Même de petites actions, porteuses de valeurs et occasionnant le mélange des genres.

Évidemment, c’est aussi et surtout une question de moyens, à l’heure où la mairie de Roubaix semble avoir pour « ambition » de baisser de 7% les subventions aux associations. Aujourd’hui, ce sujet est d’ailleurs abordé dans la presse locale, de manière plus modérée par Sauria Redjimi, adjointe aux associations, où il est précisé que les associations sont le 2eme employeur de Roubaix, mais je suppose qu’y sont inclus les services de management des gros organismes, « mastondontes » en terme de subvention municipales, alors que les associations de quartier, elles, se battent pour un ou deux emplois francs, et dépendent d’emplois aidés précaires conditionnés – quand elles peuvent en bénéficier ! Et ce, face aux besoins gigantesques de cohésion sociale, de culture, de vivre ensemble, dans nos quartiers.

Comme exemple d’actions fédératrices en quartier, j’en ai cité des modestes, actuelles, mais aussi rappelé celle de l’Hestival. 5 éditions, inégales. Concerts gratuits, en plein air et en pleine ville. Près de 20.000 personnes lors des deux dernières. Programmé et organisé par des gens du quartier, et des jeunes aussi (certains y ont d’ailleurs vécu leurs premières implications dans la vie roubaisienne). Aussi bien, du Rachid Taha, Diam’s, que du Arsenik, Cut Killer et Dee Nasty (près de 80 artistes en tout, la moitié des « pros » — toute la scène rap du moment, sauf IAM et NTM qui demandaient trop cher — encore que 4MyPeople est venu). Des milliers de personnes à Roubaix (des locaux, mais on a aussi vu débarquer des bus de Marseille – oui, et d’ailleurs aussi — dans la joie, la bonne vraie humeur partagée et dans le respect. Rien à voir avec les soirées « de fêtes » de coupe du monde, fort indisciplinées avec hélicoptère à l’américaine et tout. Non, là, les gens rentraient chez eux, dans le calme, ravis et contents. Ca se terminait même parfois par un méchoui festif dans un coin de rue du quartier.

On a arrêté le festival effectivement suite aux baisses de subventions (même si elles ne représentaient que la moitié du cout total). Ceux qui l’ont vécu de l’interieur nous en parlent encore régulièrement tant les bons souvenirs persistent avec tant d’énergie investie. Mais la question qui nous taraude aussi c’est bien sur, à l’heure où est dévoilée la nouvelle carte des quartiers prioritaires : « et si on avait continué, notamment en l’amplifiant édition après édition, qu’est-ce cela aura changé comme ambiance, voire comme image, à Roubaix ? Est-ce que les gens seraient plus heureux avec ce rendez-vous incroyablement fort de communion artistique (et d’implication, de brassage de gens, et si participatif — on comptait près de 300 bénévoles, ça en parlait partout dans les quartiers…) ? On aime penser que oui, car c’était le but de la démarche. Et le mot « Culture » n’aurait pas le même sens aujourd’hui à Roubaix. On se comprend.

Bref, on fêtera en 2015, le souvenir de la première édition de l’Hestival, il y aura tout juste 20 ans. Petit diaporama de l’époque ci-dessous.

[MàJ] : Je viens de tomber sur a priori une des seules vidéos disponibles, peut-être la seule hormis les reportages et publicités : le groupe Natty Roots a publié une vidéo de la 3eme édition, extrait du début de soirée.

A venir, l’interview de Pierre Magne qui relance le Café-Photo à Roubaix

Tout est dans le titre. Le photographe Pierre Magne, qui jadis, faisait des Cafés-Photos au restaurant le Goût des Choses (rue Nain, aujourd’hui disparu) a repris l’idée et l’organise dans le hall d’entrée de l’Idéal Studio (rue d’Hem, à Roubaix) aménagé pour la soirée en un lieu d’exposition brut. Pour cette 35eme édition, les photos, de plusieurs auteurs (mais toutes shootées au studio) ont été choisies par les internautes. L’interview vidéo par Sophie arrive bientôt.

Voir aussi ces anciennes vidéos :
Le café photo fête son anniversaire,
Dernier café photo : « En mode sport » avec Pierre Magne
Rencontre avec Eric Flogny au café photo
Café photo avec Philippe Breson
Shooting avec les candidates à Miss Roubaix
Café Photo avec Pascal Baetens
Café photo avec Alan Marsh au Goût des choses

Plus que 4 jours pour sauver Nord Artistes, à Roubaix !!!

L’association Nord Artistes, située à Roubaix (9 bis, rue du Grand Chemin) est une association d’art contemporain du Nord Pas de Calais menacée de fermeture si elle ne trouve pas de l’argent rapidement. Ses responsables ont eu l’idée de recourir au Fonds Participatif de crowfunding Kiss Kiss Bank Bank.

Elle représente aujourd’hui 94 artistes de la région, est un centre de ressources documentaires gratuit axé sur la vie artistique contemporaine. C’est également un réseau d’informations et de services professionnels (conseils, informations) pour les artistes et les étudiants.

La collecte organisée sera décisive et permettra :
– de financer les activités de l’association,
– de maintenir la programmation à trois / quatre expositions annuelles in et hors les murs,
– de rafraîchir la charte graphique et les documents de comm’,
– de développer de nouveaux événements sur le territoire régional et euro-régional,
– de rémunérer les intervenants,
– d’employer un jeune diplômé dynamique et passionné

Pour aider Nord Artistes, cliquez sur http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/na-kiss-you

Voir aussi :
- #542 Interview de Isabel Guérin (Nord Artiste) lors de l’ouverture de la QSP.

Hier soir, c’était la Nuit Rouge et ca s’est effeuillé à Roubaix !

Un peu de légèreté, après la campagne particulièrement dense des Municipales, était la bienvenue hier soir et ça se passait au théâtre Pierre de Roubaix !

Cabaret des Culottées

Hier soir se tenait la première Nuit Rouge, dont l’objectif avoué des organisateurs (étudiants à Infocom) se voulait de faire revivre l’esprit des cabarets d’antan. Au programme, des stands de jeux anciens, du maquillage (body painting), un magicien en close-up,  des ventes d’objets fétiches (des nippies et des jarretelles !) artisanaux des Pretty Killers Revolt, un funkyrock band endiablé les White Horse Band, et surtout, la salle de spectacle qui le temps d’une nuit est devenu salle de strip tease décalé, ou plutôt d’effeuillage façon néo-burlesque, avec le Cabaret des Culottées ! De jolies filles, tatouées, belles et rebelles, qui se déshabillent allégrement avec un brin d’ironie et d’érotisme rigolo, tout en revendiquant leur féminité et leur féminisme. Un salle comble pour une ambiance somme tout bon enfant et raffinée. Du beau spectacle, plutôt inédit à Roubaix !

Les Miss Roubaix Métropole étaient là et ont joué à l’ancienne. Des miss qui ne manquent pas de souffle !

Le groupe WhiteHorse en répétition

Avant le spectacle, les artistes n’ont pas hésité à poser avec Miss Roubaix Métropole ! (on a évité les « fuck » des rebelles, mais c’était moins une !)

On pouvait directement acheter sur place des badges rigolos, des nippies, et des jarettelles !

D’autres photos de la soirée sur notre diaporama :

Roubaix, ville la plus riche d’une oeuvre d’art… commandée par les habitants (la vidéo des Nouveaux Commanditaires)

Alors que nous venons d’apprendre une nouvelle fois que Roubaix détient le record de pauvreté en France, nous rappelons que l’image d’un territoire, ce n’est pas que des chiffres, ni des images de saleté. C’est aussi ci et là des initiatives innovantes portées par les habitants eux-mêmes !

Nous vous présentons ici le film produit par anna sanders films, réalisé par Estelle Lacombe Vitali, venue cet été à Roubaix pour un reportage sur le Discobolos de Wim Delvoye. Il s’agit de la seule oeuvre d’art commandée par les habitants de Roubaix et installée en réaménageant l’espace public concerné, soit une vraie opération de ce que jadis on appelait démocratie participative, ou empowerment concret. On vous explique tout dans la vidéo.

Mais puisque la campagne des municipales a commencé, sur la question de l’image de la ville, on ne peut s’empêcher de penser que si, il y avait 15-20 ans (grande époque de choix d’élaboration de stratégie de marketing territorial dont nous voyons les fruits aujourd’hui), le choix d’installer une oeuvre d’art, issue de mobilisation de riverains dans chaque quartier, à raison d’une par an (ce qui n’est pas a priori impossible) eh bien nous serions surnommée « la ville aux 15 ou 20 oeuvres d’art » ! Bon, nous n’en sommes pas là, mais l’idée est toujours en l’air, donc nous invitons tous les candidats à s’en saisir !

Discobolos de Wim Delvoye

Le Discobolos de Wim Delvoye, 3 ans déjà, mais la dalle date de cet été !

Téléchargez notre carte de voeux 2014.
Plus d’infos sur le Discobolos de Roubaix.

L’hilarante vie de la famille Semianyki, au Colisée les 21 et 22 janvier 2014 !

Ce spectacle acide et hilarant met en scène les stratégies de survie de six individus en prise avec les dilemmes de l’esprit de famille : l’amour et le chaos se mêlent paradoxalement aux relations entre une mère, enceinte, d’humeur coquette, un père responsable mais alcoolique qui oscille entre dépression nerveuse et pulsion de vie et leurs quatre adorables mais terribles enfants, qui cherchent leurs limites.

Ainsi, sans prononcer un mot, ces énergumènes aux tronches pas tristes nous entraînent dans leur invraisemblable décor, à mi-chemin entre bric-à-brac de grenier et foire de quincaillerie, où chaque objet est une menace en puissance et les situations les plus anodines deviennent des cauchemars délirants.

Ces artistes de Saint-Pétersbourg – et élèves du Teatr Licedei, créé en 1968 par le légendaire Slava Polunin – rendent ainsi le plus bel hommage qui puisse être donné au clown, à la fois traditionnel et contemporain.

Cette famille est un remède à la déprime, accessible sur une simple ordonnance : celle du rire !

Pour plus d’informations
Crédit photo: BOOKLET

 

#858 Le prix de l’émulation

En guise de cadeau de Noël, nous vous offrons ce petit reportage sur la cérémonie de remise des prix de l’émulation. Ancienne tradition roubaisienne qui n’était plus organisée depuis 1953, le prix de l’émulation a permis de mettre à l’honneur des roubaisiens qui font vivre et rayonner Roubaix. Au cours de la soirée quatre prix ont été remis : deux dans la catégorie « œuvre de l’esprit » (thèse, roman, exposition, création théâtrale…) et deux dans la catégorie « initiative qui fait rayonner Roubaix et ses valeurs d’innovation ».  Nous vous invitons, donc, à découvrir en images les primés.

Interviews de Michel David, Vincent Di Martino, des Greeters de Roubaix

A voir aussi :
- Du rock, des primés et de l’émulation : la SER a remis au goût du jour son prix

#857 Les habitants qui dansent, applaudis, debouts.

Ce week-end se tenait les deux séances de « Parle nous de… » un spectacle avec les élèves de danse du CCN et des  habitants. L’équipe du Blog2Roubaix en fait un reportage de 52 minutes coproduit par Pictanovo, intitulé « Dansons ensemble ». En attendant les vidéos, voici quelques photos.

Plus de photos dans notre diaporama :

Voir aussi :
- Quelques photos des répétitions au CCN