Roubaix | LeBlog2Roubaix.Com

Vous y verra-t-on ?

Archives de Catégorie: urbanisme

Vers une plateforme de Développement Social aux Hauts Champs

Ce vendredi 31 octobre, les petits déambulaient dans Roubaix à la recherche de bonbons, pendant que les adultes, du moins ceux du quartier des Hauts Champs, envisageaient des nourritures plus politiques loin d’Halloween puisqu’il s’agissait de mettre en place une « plateforme de développement social », une manière de discuter des projets dans ce quartier, animée par la Ville et le Comité de Quartier des Hauts Champs.

Les élus de la majorité à l’écoute : Alain Merlin, Philippe Duquesne, Ghislaine Wenderbecq, Marie Agnes Leman, Emmanuel Oyez ainsi que Pierre Marie Vienne, Jean Deroi…

Une petite cinquantaine de personnes, dont beaucoup de politiques (les élus déléguées mais aussi l’ancien maire Pierre Dubois), d’associations, et d’institutionnels et des habitants pour une méthode nouvelle invitant les gens à venir s’y exprimer et se concerter sur les actions à venir. Des actions nouvelles comme une page facebook dédiée à l’emploi (lancée officiellement lundi 3 novembre).

Quelques questions ont été posées, notamment une intervention sur le manque d’information sur des réalisations passées. Assez peu de réactions passionnées au fond, si ce n’est une dame interpellant les présents sur la condition de sa fille handicapée récente suite à un AVC (et plus largement sur la question de l’accès à des logements adaptés pour handicapés à Roubaix) sans réponse actuelle des bailleurs. Mais on a cru comprendre que Mme Defrance de Partenord Habitat se mettait en contact avec la dame en question.

Nous étions aussi pour prendre quelques images en vue de la programmation prochaine de forums citoyens, dont le premier est annoncé pour fin novembre. A suivre !

D’autres photos de la réunion ici.

A nous d’imaginer la future place Audenaerde !

Ce vendredi s’est tenue une première réunion pour évoquer la réfection de la place Audenaerde, dont la méthode participative avait été promise par l’ancienne majorité. En effet, ladite place inaugurée en 1994, ainsi que la friche Masurel toute proche, donnent l’impression d’être depuis des années à l’abandon (on en parlait déjà ici).

Des habitants intéressés pour dire leur mot sur un projet de réfection de la place Audenaerde

D’un coté, nous avons une place publique qui a bien mal vieilli (qualifiée de lieu de deal, de dépôts d’ordures et de voitures brulées — bien que ce soit plus rare), de l’autre une ancienne usine trop polluée, sorte de décharge officieuse, dénoncée par des pétitions des riverains. Bref, des endroits loin d’être resplendissants mais qui peuvent devenir les lieux de tous les possibles, ce qu’ont bien compris les élus et les habitants présents.

Face aux élus et techniciens de la mairie de Roubaix, sous le regard du … paon.

Si Jean Deroi, maire des quartiers Nord, a annoncé qu’aucun budget n’était déjà voté aujourd’hui, la situation devrait très vite évoluer. Il nous reste donc à mettre à jour la méthode employée pour le parc du Nouveau Monde, jadis friche Phildar. Bref, d’en faire un projet exemplaire de co-conception et de démocratie participative à Roubaix !

Mais des questions restent en suspens : dans quels délais et avec quelle ambition ? Car les habitants ont exprimé une grande attente… et sont plutôt impatients !

La friche Masurel (en bas, à gauche) occupe presque la même superficie que la place Audenaerde. Un territoire important  à reconquérir pour l’avenir de Roubaix.

Lire la suite

Vers un 3eme mandat pour l’horrible friche Masurel, décharge à ciel ouvert au Nord de Roubaix ?

On en parlait déjà en 2012 alors que le maire était venu écouter les doléances d’habitants du quartier de l’Hommelet. L’histoire est compliquée : en fait, il y a presque dix ans, un entrepreneur (ABC, si notre mémoire est bonne) avait acheté l’imposante entreprise « Masurel », en état fonctionnel à l’époque, rue Pellaert, pour en faire un supermarché de quartier, par l’intermédiaire, dit-on, du service économique de la mairie de Roubaix. Sauf que, la vente achevée, le nouveau propriétaire a eu la désagréable surprise de voir, qu’avant tout travaux, il fallait dépolluer l’usine, ou le terrain, et que ces travaux allaient être à sa charge.

N’ayant pas les moyens, s’étant senti berné, l’entrepreneur aurait renoncé à toute dépense. Ce qui fait que, depuis plusieurs années maintenant, la friche qui est donc une usine POLLUÉE, en coeur d’ilot dense, est devenue une décharge à ciel ouvert, de temps en temps cachée par un tissus vert, histoire de ne pas inquiéter les riverains qui ont plusieurs fois pétitionné. On sait qu’un stagiaire de la communauté urbaine de Lille était sur le coup en avril dernier, mais depuis plus du tout de nouvelle. Cette friche horrible (et peut-être dangereuse pour la santé des riverains ?) à proximité du lycée Lavoisier, fera-t-elle l’objet d’un projet au cours du prochain mandat ? En 2012, on attendait des propositions concrètes … On espère donc qu’elles viendront en 2014 !

Outre le lycée, la friche Masurel, au centre, représente presque un tiers de l’ilot, bordé de maisons individuelles où des gens vivent autour !

Roubaix, ville la plus riche d’une oeuvre d’art… commandée par les habitants (la vidéo des Nouveaux Commanditaires)

Alors que nous venons d’apprendre une nouvelle fois que Roubaix détient le record de pauvreté en France, nous rappelons que l’image d’un territoire, ce n’est pas que des chiffres, ni des images de saleté. C’est aussi ci et là des initiatives innovantes portées par les habitants eux-mêmes !

Nous vous présentons ici le film produit par anna sanders films, réalisé par Estelle Lacombe Vitali, venue cet été à Roubaix pour un reportage sur le Discobolos de Wim Delvoye. Il s’agit de la seule oeuvre d’art commandée par les habitants de Roubaix et installée en réaménageant l’espace public concerné, soit une vraie opération de ce que jadis on appelait démocratie participative, ou empowerment concret. On vous explique tout dans la vidéo.

Mais puisque la campagne des municipales a commencé, sur la question de l’image de la ville, on ne peut s’empêcher de penser que si, il y avait 15-20 ans (grande époque de choix d’élaboration de stratégie de marketing territorial dont nous voyons les fruits aujourd’hui), le choix d’installer une oeuvre d’art, issue de mobilisation de riverains dans chaque quartier, à raison d’une par an (ce qui n’est pas a priori impossible) eh bien nous serions surnommée « la ville aux 15 ou 20 oeuvres d’art » ! Bon, nous n’en sommes pas là, mais l’idée est toujours en l’air, donc nous invitons tous les candidats à s’en saisir !

Discobolos de Wim Delvoye

Le Discobolos de Wim Delvoye, 3 ans déjà, mais la dalle date de cet été !

Téléchargez notre carte de voeux 2014.
Plus d’infos sur le Discobolos de Roubaix.

#847 « Cul de Four 2015″, la concertation des habitants

Dans le cadre de la journée, « Cul de Four 2015, une invitation au rêve partagé », consacrée à la rénovation urbaine dans la quartier du Cul de Four, le collectif de l’Union présentait les résultats d’une enquête réalisée par des étudiantes de l’Institut Social de Lille auprès des habitants du Cul de Four sur les aménagements du quartier de l’Union. C’est, donc, place de la Fosse aux Chênes que nous avons rencontré Jean Deroi, habitant et bénévole du Cul de Four et Hamza El Kostiti, membre du Collectif de l’Union qui nous ont présenté les résultats de l’enquête et les attentes des habitants sur les aménagements de leur quartier.

Pour la future place Audenaerde, ça sera participatif mais… pour bientôt !

Ce vendredi 11 octobre, la maire de quartiers Nord regardant la vidéo du maire de Roubaix promettant un projet pour la réfection de la place Audenaerde.

La maire de quartier Nord Marie-Odile Rousseau, accompagnée du chef de projet et de la secrétaire générale de mairie, est venue expliquer toute sa bonne volonté de faire un projet participatif pour la conception d’une future place Audenaerde. Ce rendez-vous faisait suite à la visite du maire Pierre Dubois l’an passé et à notre vidéo consécutive avec les premières revendications des habitants impatients.

A propos de la place Audenaerde : « On devrait pouvoir travailler sur un projet en 2013 et une réalisation en 2014 » (Pierre Dubois, le 19 octobre 2012).

C’était promis. C’était dit. Sauf que voila, entre temps, le responsable du service est parti voir ailleurs si l’herbe était plus verte, et finalement rien n’est vraiment sur les rails concernant notre bonne vieille place, pas de croquis à main levée, ni de budget alloué pour le moment. Mais c’est promis, on écoutera les habitants… mais pas pour tout de suite !

Nous n’allons pas faire la fine bouche et pouvons donc nous réjouir de l’opportunité d’entamer une vraie démarche de co-conception de cette place où fut jadis érigée l’église du Sacré Coeur ! Pour « le projet en 2013« , va donc falloir être encore patient (ou alors ultra-rapide !). Cela dit, il y a bien eu des travaux cette année avec la réfection de la voirie, alors, vivement la prochaine étape !

Inaugurée en 1994, la place Audenaerde avait volontairement été conçue de manière kitsch et sans cohérence d’ensemble. Elle a bien mai vieilli : aujourd’hui, vous pouvez faire le tour de la péniche rouillée (conçue avec des morceaux de vraies péniches) mais c’est tout ! Les jeux pour enfants ont disparu et l’endroit est presque à déconseiller pour les mômes.

Entre petits trafics quotidiens à la vue de tous, nous dit-on, des voitures brulées régulièrement et des dépôts d’ordures permanents, l’endroit présente aussi un terrain de sport vétuste et séparant la place en deux. Visibles depuis les lofts résidentialisés de la Minoterie.

Voir aussi :
- Le maire visite la place Audenaerde et recoit les doléances des habitants (mais ça, c’était …avant),
- #804 En attente du réaménagement de la place Audenaerde (vidéo).
- Les parents de l’école Mere Teresa (Cul de Four) se fendent d’une lettre au maire pour la propreté
- #725 les habitants de la place de la Nation sont mécontents de leur nouvelle place (video).

 

« Cul de Four 2015 : une invitation aux rêves partagés »

Cul de Four 2015

Des habitants du quartier du Cul de Four ont le plaisir de vous convier à leur journée de rêves partagés.

Au programme :
– dans la journée une restitution par le Collectif de l’Union et les étudiantes de l’Institut social de Lille d’une enquête sur les quartiers de l’Union.
– au 135 rue de Flandre, la Ville et la SEM Ville Renouvelée présentent les projets d’aménagement, à débattre,
– en soirée un concert du Bal Taquin dans le cadre de Roubaix Accordéon, place du progrès

La journée est montée par des habitants avec le soutien du comité de quartier et du centre social, avec le soutien du FPH. Derrière, il y a cependant une actuelle revendication forte pour que les immeubles en ruine soient abattus, notamment l’usine de l’ilot Rossine, qualifiée de « dangereuse » par les riverains. Espérons une bonne surprise ce jour-là !

 

à venir, l’interview vidéo d’Alain Merlin des « Amis des Anges », une asso de quartier bientot sans local ?

Nous n’avions pas pu honorer son rendez-vous médiatique alors on est allé le voir sur place. Alain Merlin nous a accordé une interview dans laquelle il explique que son association Les Amis des Anges (amicale dont le nom évoque la rue des Anges dans le quartier de l’Alma) risque bien de se retrouver sans local d’ici 15 jours : la mairie de Roubaix lui a en effet signifié la fin de son prêt gratuit de la maison où siègent cette association, le Drum & Bugle Corps, le groupe The Fanatics, le comité des fêtes de la Guinguette (Alma), et la Confrérie Carnavalesque de Roubaix. Des assos qui depuis 25 ans animent Roubaix et ce bout des « quartiers Nord » aux allures un peu triste en attente du fameux nouveau quartier de l’Union et sommées de quitter l’endroit à cause des risques possibles liés aux travaux qui pourraient mettre « en péril la sécurité des occupants » dixit le courrier de la mairie signé André Delville, adjoint au maire.

En l’occurence, il s’agira d’accueillir à la place le groupe Vinci Construction (400-500 salariés, investissement 10 millions d’euros) donc forcément, à coté, une petite association de quartier composée de bénévoles…

Entre les « incitations à déménager » des habitants et des associations, cet « éco » quartier de l’Union représente l’avenir de la zone, certes, « mais à quel prix ?! » nous précise Alain Merlin, plutôt amer et qui refuse pour l’instant de bouger.

Bientôt l’interview en vidéo ! Espérons qu’une solution soit vite trouvée d’ici là.

Alain Merlin, devant son local à gauche, entouré de friches bientôt en travaux

L’association cumule les récompenses et les coupes depuis 25 ans, à Roubaix et ailleurs

D’autres photos sur :

Venez fêter le Discobolos de Wim Delvoye, le 26 juillet 13 à Roubaix !

fete du Discobolos de Wim Delvoye

Il y a 3 ans, s’installait à Roubaix la première oeuvre d’art contemporain commandée par des habitants de Roubaix : le Discobolos signé Wim Delvoye, un artiste qui depuis a notamment exposé au Mamac de Nice, au musée Rodin de Paris, et au Louvre l’an passé. En 2011, nous avions fété le premier anniversaire de son installation, eh bien, le 26 juillet nous fêterons son 3eme, à la suite d’une série d’ateliers créatifs et écolos sous le signe des Quartiers d’Eté auxquels vous pouvez participer (et télécharger le flyer ici-même). Au programme : l’exposition des réalisations des ateliers, des jeux gonflables, des animations, la fanfare la Banda Mich, le nouveau bus « Info Tri » de la Communauté Urbaine sur le tri sélectif, le stand de la commission Cadre de Vie du Conseil de quartier, et sans doute d’autres surprises !

La fête est ouverte à tous ! Rendez à l’angle de la rue Saint Antoine et de l’avenue des Nations Unies, dès 14h !

* Discobolos, inauguré en 2010. OEuvre réalisée par Wim Delvoye à l’initiative du comité de quartier de l’Hommelet, dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires avec le soutien de la Fondation de France et de la ville de Roubaix, ainsi que du programme européen Interreg IVa 2 mers. Production-médiation : artconnexion, Lille. Dans le cadre de l’action des Nouveaux commanditaires qui permet à des citoyens de passer commande à des artistes, Wim Delvoye réinterprète la sculpture antique du Discobole réalisée par le sculpteur grec Myron dans la première moitié du Vème siècle avant Jésus Christ. L’athlète, comme emporté par son geste, continue l’action du lancer jusqu’à s’enrouler en spirale sur lui-même, donnant une impression de mouvement et d’élévation.

L’opération (atelier et fête) est soutenue par la Région, les Quartiers d’été, la Ville de Roubaix, le Fonds de Participation des Habitants et portée par un collectif composé du Centre Social de l’Hommelet, de l’EHPAD du Nouveau Monde, et du Comité de quartier de l’Hommelet.

Voir aussi :
- autour du Discobolos les enfants ont du talent,
- NE / VDN « Hier c’était la fête autour du Discobolos (2011)
et

notre onglet spécial sur le Discobolos de Wim Delvoye.