A VOIR

Lettre au Maire de Nawal Badaoui

L'ancienne conseillère municipale "antiraciste et antimondialiste" nous a envoyé la lettre qu'elle destine au Maire de Roubaix, aux Conseillers Régionaux, Généraux, et Municipaux, aux Députés et au Préfet, à l'occasion de la disparition annoncée de l'Association Interquartiers de Roubaix (A.I.R.). Vous pouvez la télécharger ici. Ou lire ci-après.

Lettre ouverte à M. Vandierendonck

Trop vieux, trop jeunes, trop ambitieux, trop honnêtes, …

Trop difficile la vie d’un bénévole et d’un militant, aujourd’hui, à Roubaix.

L’abstention, la pauvreté, l’insalubrité, la délinquance, … seraient le résultat de l’inculture, l’incompétence, l’arriération et l’immobilisme des ces hommes et de ces femmes, qui, au sein des associations militantes, comités de quartiers, syndicats, de Roubaix offrent de leur temps et de leur énergie BENEVOLEMENT.

Quel malheur ! Quel grand malheur pour ces élu-e-s et ces techniciens, parmi lesquels certains sont là depuis près de 25 ans ! Ils sont obligés de tout faire !

Et bien moi, je m’insurge contre ces pratiques d’un autre âge, ces dénis de démocratie. 

Je dénonce ces insultes, ce mépris.

Je revendique le droit d’être respectée. Je revendique ce droit pour moi et pour chaque militant, chaque bénévole, chaque citoyen, chaque habitant, d’être respecté : respecté dans sa capacité, dans sa parole, dans son statut. 

Or à Roubaix, pas de protocole pour ces sans-droits. On ne prend pas de gants pour les « remercier ». On décide comme ça du jour au lendemain de supprimer ses moyens à l’Association Interquartiers de Roubaix, laissant sur le carreau 5 salariés, des dizaines de militants, et des tas d’actions…

On laisse les bénévoles travailler sur des projets et déposer une demande de subvention en septembre pour leur annoncer en décembre qu’à partir de janvier, c’est fini, plus un centime…Ses moyens iront au soutien de la vie associative… Suivez mon regard. 

Pourquoi ? 

En quoi l’AIR a-t-elle manqué à ses engagements contractuels ? Comment peut-on revenir ainsi sur les termes d’un contrat sans respecter les délais sérieux, ne serait-ce que pour procéder correctement au licenciement des salariés ? 

Mais aujourd’hui, il ne s’agit pas seulement de licenciement, mais bel et bien de liquider le seul lieu de démocratie participative, au sens noble, réel et concret, à Roubaix ; le seul lieu qui produise une parole politique digne de ce nom alors que les partis politiques sont enfermés dans des manœuvres politiciennes, abandonnant leur combat et leur réflexion pour un véritable projet d’intérêt général…

Qui a travaillé avec les éminents membres du Café évaluation pour élaborer de véritables outils d’évaluation des dispositifs et de la politique de démocratie participative à Roubaix ? Pas la Ville qui s’y est refusée !

Qui a travaillé avec le CAUE pour élaborer de véritables outils de participation des habitants  à l’aménagement ? Pas la Ville qui s’y est refusée !

Qui travaille avec les comités de quartiers de Belgique et d’Amiens afin d’élaborer de véritables outils de participation régionales et européennes ? Pas la Ville

Qui a mobilisé des BENEVOLES pour élaborer la charte de la démocratie participative, celle des journaux de quartiers, celle des écrivains publiques…. L’AIR et les comités de quartier. 

L’AIR a joué pleinement son rôle d’animateur de la vie politique et citoyenne. 

L’abstention est de la seule responsabilité des partis politiques et des majorités sortantes. Faut-il rappeler que l’actuelle majorité à Roubaix est la moins bien élue de la métropole. 

La pauvreté, l’insalubrité, la délinquance sont le résultat de choix politiques dirigés vers la préservation d’intérêts collectifs contraires à l’intérêt général. 

L’AIR ne peut pas être le fusible d’une politique calamiteuse menée depuis 20 ans. 

Il ne s’agit pas de remettre en cause le droit d’une collectivité territoriale de revenir sur l’octroi de subventions accordées à une association. 

Il s’agit d’exiger de cette même collectivité qu’elle respecte des règles de déontologie, d’éthique et de morale politique, surtout lorsqu’elle se targue d’être un modèle de démocratie participative. 

Il s’agit d’exiger de cette même collectivité qu’elle se soumette, comme tout à chacun, à un examen rigoureux, permanent et transparent de ses pratiques, de ses choix, à la lumière des médiocres résultats sociaux, économiques et humains qu’elle produit aujourd’hui

J’en appelle au Maire, mais aussi à Monsieur Le Préfet, à Monsieur le Président du Conseil régional, à Messieurs les Conseillers Généraux, à Messieurs les Députés, aux élu-e-s de la majorité et de l’opposition, pour qu’ils prennent toute la mesure de la disparition de l’AIR, qui à la suite de l’éviction des associations de jeunes et de leur fédération, des difficultés de la FAL, signe le début du désert associatif militant à Roubaix

Nawal Badaoui

Ancienne conseillère municipale
Militante antiraciste et altermondialiste

1 Trackback / Pingback

  1. #661 Nawal Badaoui nous parle du Pile qui souffre | LeBlog2Roubaix

Laisser un commentaire à propos de l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s