A VOIR

La Voix du Nord : « Oeuvre de Wim Delvoye : derrière la polémique, des « questions de fond »

Pleine page dans la Voix du Nord de ce 4 décembre. En guise de préambule, la rubrique "Bonjour" qui pose le débat à propos du square en train d'etre construit pour accueillir l'oeuvre de Wim Delvoye contre laquelle s'élèvent des locataires de la résidence "Alcatraz" Latines, surnommée ainsi pour la quantité de barreaux et de grilles.

On rappelle au passage qu'il y a bien une "commission Wim Delvoye" dont la mission est d'en suivre l'aménagement comme l'indique cette lettre de mission validée il y a deux mois.

On se demande juste pourquoi, après quelques moments honteux de la "démocratie" participative dans les quartiers Nord de Roubaix, la mairie de quartiers Nord valide alors l'ordre du jour d'une autre commission sur notre thème. Si maintenant la mairie contribue aux affrontements entre habitants, c'est clair que ça ne va pas s'arranger pour la démocratie !

L'article est à lire ici.

Œuvre de Wim Delvoye : derrière la polémique, des « questions de fond »
vendredi 04.12.2009, 05:04 – La Voix du Nord

L’arrivée prévue d’une sculpture de l’artiste Wim Delvoye face à la résidence Latine n’en finit pas de diviser. En tête des « contre » : Rogère Duquenne, présidente de l’association CNL Résidence Latine et sa pétition aux « 98 % de non » ; pour lui répondre, l’un des porteurs du projet, Bruno Lestienne, du comité de quartier de l’Hommelet.
Qui aurait cru que l’art contemporain pouvait autant faire parler de lui à Roubaix ? C’est sans doute que, justement, derrière la polémique liée à l’oeuvre de Wim Delvoye, il ne s’agit pas que d’art, mais bien d’une vision différente du fameux « vivre ensemble »…
Le sujet ne fait pas sourire Rogère Duquenne. La présidente de l’Amicale Résidence Latine de la Confédération nationale du logement (CNL), avait déjà, lors des dernières réunions du conseil de quartier Nord, manifesté sa vive opposition à l’arrivée de l’oeuvre de l’artiste belge en bas de chez elle, sur un square situé juste devant la résidence Latine, à l’angle de la rue Saint-Antoine et de l’avenue des Nations-Unies.
Première « victoire » pour Rogère Duquenne : les conseillers de quartier Nord ont récemment voté contre le déblocage d’un fond d’expertise dans le cadre de ce projet culturel. Puis, Rogère Duquenne a lancé une pétition « faite à la résidence Latine, de porte en porte. Pour les personnes présentes, la réponse à 98 %, est « Non à la statue de Wim Delvoye ». » Selon l’opposante, ces mêmes personnes seraient plutôt pour la création, à la même place, d’un « square fermé paysager avec des jeux, demande faite en 2006. » Pour Rogère Duquenne, « les habitants de la résidence Latine, comme tous les Roubaisiens, sont des citoyens responsables qui sont capables de dire ce qu’ils souhaitent pour le « Mieux vivre ensemble » ! » Une façon de reprocher à la municipalité le « manque de concertation » sur l’aménagement du fameux espace : « Une fois de plus, quelques personnes décident, sans demander l’avis des habitants. » Bruno Lestienne, du comité de quartier de l’Hommelet, et membre de la commission Wim-Delvoye qui porte le projet auprès des conseils de quartier, s’étonne : « Bigre ! Je suis étonné que 98 % des locataires puissent être contre une statue qu’ils n’ont jamais vue, dont ils ignorent tout, alors que certains n’ont même pas leur appartement ouvert face au square auquel l’oeuvre est destinée ! » Il répond par ailleurs à Rogère Duquenne, « la seule qui a vu l’oeuvre en 2007 au cours d’une réunion en présence du maire, et qui y a donc consenti. C’est donc faux de prétendre qu’elle n’a pas eu la possibilité de tenir son rôle d’interlocutrice sur ce projet auprès des locataires. » Concernant le projet de « square fermé » proposé par Rogère Duquenne, là aussi Bruno Lestienne contre-attaque : « Il nous semble primordial que le square rue Saint-Antoine, lieu de passage piétonnier depuis des années, reste d’accès public. Surtout quand on voit ce qu’est devenue la résidence Latine, Alcatraz résidentiel, avec ses grilles, ses barreaux, ses serrures, externes et internes. Pas étonnant que les facteurs ont des difficultés à y acheminer du courrier ! N’est-ce pas au bailleur d’installer des jeux pour enfants, comme le demandent ces locataires, sur l’espace vert qui est à l’intérieur des résidences grillagées ? » Mais surtout, Bruno Lestienne regrette « cette attitude du « pas de ça chez moi », alors que ces instances sont censées contribuer à des fins de justice sociale, et donner accès à l’expression politique des sans-voix, et promouvoir l’altérité. Ce rejet lourd des différents projets pose des questions de fond : que signifie construire ou négocier la ville, aujourd’hui, quand on entend au conseil de quartier des avis contre l’installation d’un équipement solidaire d’accueil de la population la plus pauvre, contre la construction de logements sociaux à l’ECHO, contre le déplacement du collège Samain, et maintenant contre une oeuvre d’art ? » • W. H.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. VDN : Concertation bidon autour du « square des tisserands  | «LeBlog2Roubaix
  2. NE : « La concertation, oui mais à quel moment ?  (et commentaires) | «LeBlog2Roubaix
  3. #653 Rencontre avec Pierre Dubois (1ère partie) : « La concertation, oui mais à quel moment ?  | «LeBlog2Roubaix

Laisser un commentaire à propos de l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s