A VOIR

Il y a 10 ans, on fêtait le Discobolos de Wim Delvoye !

La seule oeuvre d'art commandée par les habitants de Roubaix

Vous y passez sans doute tous les jours en vous demandant quelle est cette drole de « flamme » qui surgit au coin de la rue Saint Antoine et de l’avenue des Nations Unies. Eh bien, sachez qu’il s’agit de l’oeuvre d’un célèbre artiste mondialement connu, et que cette oeuvre a été commandée par les habitants du quartier de l’Hommelet ! Le samedi 5 juin 2010, un beau matin ensoleillé, nous inaugurions cette statue virevoltante en plein coeur de Roubaix, après quelques années d’ateliers, de visites de musées, de rencontre de l’artiste… Bref, voici un récap !

En préambule à l’inauguration, un groupe de Roubaisiens étaient partis à la Tate Modern, à Londres . Voir l’album ici.

C’est en assistant à l’inauguration de l’oeuvre de Nanucci à la MDA qu’on a rencontré Amanda Crabtree et Bruno Dupont, de l’association artconnexion, à qui nous devons ce beau projet (artconnexion fête ses 25 ans en 2020 !!) Ils ont sollicité les Nouveaux Commanditaires, fonds géré par la Fondation de France, qui permet à des organisations non publiques, de commander des oeuvres d’art. On avait à l’époque expliqué la volonté d’avoir une oeuvre qui rassemble avec un coté universel.

10ans10photos_wim-1.jpg

Wim Delvoye était venu à Roubaix reconnaitre les lieux en 2006 (ici en centre ville pendant le déjeuner — il a pris deux fois de la salade !) On avait aussi visité son atelier.

Mais voici quelques autres infos que vous ne connaissez peut-être pas :

Wim Delvoye est un artiste belge, considéré comme un des révolutionnaires de l’art contemporain. Il a quelques oeuvres qui ont fait polémique : Cloaca (une machine à produire du caca, caca ensuite emballé et vendu façon grande marque — critique de la marchandisation), des cochons tatoués — alors qu’il est lui-même végétarien, des Love Letters (lettre écrits avec des épluchures de pomme de terre), des pneus sculptés, Showel (des pelles décorées comme des armoiries), Marble Floor (de loin on dirait du marbre, ce sont des tranches de jambon !), Birdhouses (nid d’oiseaux décorés sado-maso), Trophy (bambi pour adulte !), la Chapelle Mudam (chapelle dont les vitraux sont des scènes adultes, ou des organes)… et les Twisted (inspirés d’oeuvres classiques mais qui tourbillonnent sur leur axe central — dont le Discobolos !)

– la réflexion et la commande de l’oeuvre s’est déroulée vers 2005, à un moment où l’association commanditaire, le Comité de quartier de l’Hommelet, était menacée d’expulsion (pour reprise du local) sans espoir à l’époque. « Au moins, si on disparait, l’œuvre portant notre nom restera » s’était-on dit. Au final, l’association d’habitants, à but social et citoyen du quartier, a bien été expulsée par son propriétaire l’Accueil Fraternel Roubaisien, organisme financé pour de l’insertion par le logement, et ce, le jour de la célébration mondiale du Droit au Logement. Ca ne s’invente pas !

C’est à Nice qu’un tout premier Discobolos a été publiquement montré, avant l’inauguration du « vrai », à Roubaix

– une autre ambition était plus militante : faire venir l’art dans les quartiers, à l’époque où la politique culturelle roubaisienne en vigueur était plutôt dédiée aux lieux culturels, plutôt destinés aux initiés. Au fond, avec les fresques urbaines du mandat 2014-2020, le message a été entendu ! Mais à quand une sculpture signée dans chaque quartier de Roubaix ?

Wim Delvoye exposait à Bruxelles en 2011. Nous y étions !

– le jour J de l’inauguration, l’artiste Wim Delvoye est resté toute la journée à Roubaix profitant du jardin (au nouveau siège de l’association réinstallée bd de Strasbourg), jouant avec un des coqs, discutant avec les gens, dans une ambiance très décontractée. Salima, la fan numéro un, lui a montré son tatouage tout récent, avant une grosse accolade. « Le meilleur de la création mondiale ici à Roubaix », dixit Renaud TARDY, et d’autres, dans notre vidéo à revoir ici.

– juste avant, nous avions rencontré Wim Delvoye à Nice au MAMAC en l’interviewant par des questions récoltées via les réseaux sociaux.

On est passé aussi au Musée Rodin, à Paris, voir l’expo de Wim Delvoye

– les financeurs de l’œuvre sont le programme des Nouveaux Commanditaire (Fondation de France), la Ville de Roubaix, le programme interreg IVa, 2 mers Seas Zeeen, face2face, et le sénateur communiste Ivan Renar sur sa cagnotte parlementaire, qui a soutenu pour amour de l’art, pour le projet, qu’on ne connaissait pas et, signalons-le, qui n’a pas cherché à récupérer ce geste de soutien fort.

– les Nouveaux Commanditaires, dispositif créé par l’artiste Français HERS en 1990, c’est aujourd’hui plus de 400 artistes et autant de commandes participatives, un peu partout en France, en Europe et aux Etats-Unis, dixit Libé.

– le square (qui n’était qu’une allée en schiste des années 80, bordée de maronniers) devait être réaménagé autour de l’oeuvre unique ainsi consacrée, mais les jeux pour enfants, visuellement ignobles et envahissants, méprisants pour cette oeuvre d’art unique spécialement créée pour Roubaix par un artiste de renom, ont été concédés par le maire de l’époque, Pierre Dubois, suite à une polémique de certains locataires — probablement décédés aujourd’hui — , qui voulaient que le terrain leur soit privatisé à leur usage unique. D’où le coté un peu fourre-tout du square aujourd’hui, alors que ça devait être un écrin pour l’œuvre, avec bancs pour la contempler et y passer du temps… Depuis, mode actuelle des urbanistes, des jeux pour enfants sont installés tous les 500m environ dans le quartier (comme on l’a dit ici).

– on a présenté l’oeuvre à des militants de France et de Navarre, lors de la venue à Roubaix de la Karavane de Capacitation Citoyenne et ici aussi. Outre qu’il y a des fans de l’artiste qu’on surprend parfois à venir admirer l’oeuvre.

– on a fait plusieurs Fêtes des Jardins avec orchestre autour du Discobolos avec atelier dessins sur des frisbees en carton pâte…

Les Un an du Discobolos de Wim Delvoye

– en 2012, Wim Delvoye exposait au Louvre, avec un mini Discobolos. On y était.

A l’inauguration de son exposition au Louvre, Wim Delvoye nous a offert cette photo incroyable, devant son « Supo », sous la Pyramide

– c’est 3 ans après, en 2013, que la plaque informative est enfin installée. Il aura donc fallu attendre 5 ans qu’un budget complémentaire soit alloué à la création de l’oeuvre, au sondage du sol, plus 3 ans ensuite pour que les visiteurs sachent ces informations basiques…

information sur le Discobolos de Wim Delvoye

– en 2014, les Nouveaux Commanditaires réalisent une série de vidéo pour présenter les oeuvres. Voici celle du Discobolos.

– La Miss Roubaix 2010 Cindy Philippe , tout juste 20 ans à l’époque, était présente à l’inauguration en 2010. Depuis l’équipe de bénévoles des commanditaires, par divers concours de circonstance, organise les délégations officielles françaises de 2 concours majeurs au niveau mondial (équivalents à Miss Univers). Bref, on a fait poser des miss du monde entier, à l’occasion de la première édition de Miss International France, à Roubaix.

Les Philippines, la Belgique, la France de toutes beauté. Voici Kylie VERZOSA en visite à Roubaix

– la 2e oeuvre d’art sur le territoire français est inaugurée à Paris avec Wim Delvoye, suite à un concours célébrant François Arago, à l’Observatoire. On y était.

Wim Delvpye - Arago

– En 2013, un mini Discobolos a été exposé à la Maison de l’Architecture, à Lille, pour célébrer les Nouveaux Commanditaires

– En 2017, le MUDAM du Luxembourg organisait une rétrospective de Wim Delvoye, on y était.

Des Discobolos de 20 cm au MUDAM du Luxembourg

– Et des étudiants de Lille 3, Sciences Po, Arts, sont venus voir l’oeuvre et échanger.

discobolos24032017-1

– En 2019, Wim Delvoye a exposé à Bruxelles. Voici quelques photos.


Au moment de la phrase 2 du déconfinement lié à la pandémie du Covid 19, où les rassemblements sont encore limités en nombre de personnes, ça semble tellement loin en revoyant cet album Flickr ! Pour tout vous dire, on aurait aimé réunir les gens présents le 5 juin 2010, pour le fun d’un 10e anniversaire, mais ce n’est pas encore autorisé officiellement… Ces années ont été riches en rencontres, grâce à l’œuvre, avec de jolies histoires ; on n’est pas prêt d’oublier 2010 pour tout ce qu’elle nous aura apporté. Alors on se dit rendez-vous dans 10 ans, même jour, même heure ? D’ici-là, on continuera de suivre Wim Delvoye dans ses prochaines expositions voisines et d’en rendre compte ici. Le square du Discobolos continue quant à lui d’être régulièrement fréquenté, avec ou sans restriction, donc n’hésitez pas à vous y arrêter !

Joyeux anniversaire pour les 10 ans du Discobolos !

Laisser un commentaire à propos de l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s